Mon étoile

Mon étoile
Ophélie

lundi 6 février 2012

Réalité sociale

Devant ma bedaine TRÈS apparente, j'ai évidemment droit aux questions traditionnelles...

Inconnu: "oh, c'est une bonne bedaine (la réalité c'est que même des inconnus ont eu l'audace d'utiliser le mot grosse au lieu de bonne ou belle, ggrrr)! vous devez être du pour bientôt, vous êtes du pour quand?"
Moi: "mars...c'est un gros bébé..."
Inconnu : "C'est votre premier?"
Moi: "non,...c'est ma troisième grossesse..."
Inconnu: "Ah oui...quel âge ont vos enfants ?"
Moi: "...mon fils a 3 ans et...heu...comment dire...ma fille...elle aurait...en fait elle avait...heu...c'est que...elle avait 16 mois lorsqu'elle est décédé le 12 décembre dernier...(ouf)"

(Malaise)

Je m'étais habitué à un certain rituel dans les questions et discussions avec les étrangers curieux...maintenant je suis complètement déboussolée !  Je ne peux quand même pas mentir et dire que je n'ai qu'un seul enfant...c'est faux.  Ophélie n'est plus là, mais je suis incapable de dire que je n'ai pas de fille...est-ce que je dois répondre que j'aurai deux fils et attendre qu'on me demande si j'ai perdu un enfant ?  Si le gouvernement considère que je ne suis plus le parent d'un enfant car il est décédé (se référer à la règlementation sur le congé parental qui prend fin à la fin de la semaine du décès de l'enfant, car la personne n'est plus admissible)...alors est-ce que j'ai le droit de dire que j'ai trois enfants aux yeux de la société ou j'aurai l'air de la femme morbide qui parle de son enfant mort à qui veut bien l'entendre ?  Vous commencez à me connaitre...je vais répondre la vérité si on me pose la question...et désolé si vous ne vouliez pas avoir la réponse.  Toutefois, répondre à ces questions me met tout à l'envers...comment rester de marbre et répondre simplement...chaque fois une vague d'émotion me monte à la gorge et je n'ai pas envie de me mettre à pleurer devant la gentille serveuse qui s'intéressait à ma bedaine les yeux pétillants.  Je m'étais habitué à présenter ma cocotte Ophélie...je vais m'habituer à présenter sa place dans notre famille, même si sa chaise est vide...et ce sans mettre personne mal à l'aise...désolé pour mes maladresses verbales à tous les inconnus rencontrés depuis le 12 décembre dernier.  
Je ne pourrai pas avoir une photo de famille complète, avec tous mes enfants en même temps
David et moi devons avoir l'air de deux airs bêtes à certains moments...les yeux rougit, le regard fuyant ou un simple "mmm...oui oui" en guise de réponse...désolé gentils inconnus, parfois on ignore ce qui se cache derrière le masque de la personne en face de nous.  Je réalise que j'ai parfois moi-même tendance à juger rapidement un inconnu en raison de son non-verbal ou d'une attitude particulière...qui sait ce que cette personne vit présentement ou a vécu dans les dernières semaines, les dernières années ?  Soyons prudents, gentils et respectueux...juste au cas où.
Un regard...milles pensées...
Puisque je me suis toujours fait un point d'honneur d'être honnête dans ce blogue...alors je le serai encore aujourd'hui.  Nous ne sommes pas à notre meilleur, mais rien d'alarmant.  Nous allons comme tout parent doit aller 8 semaines après le décès de leur fille...en fait c'est ce que je crois puisque je ne suis pas une spécialiste de la question.  Le premier mois a bien été, dans l'ensemble, puis c'est comme si la réalité nous rattrape et que le vide s'agrandit.  Nous sommes assez lucide pour constater notre état d'esprit et assez responsable pour ne pas laisser les choses déborder et devenir hors de contrôle.  Qui aurait cru qu'une si petite fille (petite étant relatif, évidemment), un bébé à l'apparence si passive, réagissant si discrètement à notre présence...qui aurait cru qu'elle nous manquerait autant.  Jacob doit ressentir quelque chose également car il parle beaucoup d'Ophélie dernièrement...il a demandé son livre de cocotte et nous a dit que Adam allait aller dans les étoiles...comment penser autrement puisque c'est ce qu'il a connu.  Je l'ai rassuré que le cerveau d'Adam n'était pas brisé et qu'il allait grandir, comme lui, et apprendre à parler et à marcher...et qu'il n'allait pas mourir et aller  dans les étoiles.  J'ignore si en le disant je m'adressais à Jacob, à David ou à moi-même...à toute la famille peut-être.
Jacob devait faire un cœur pour sa famille à la garderie...il n'a voulu inscrire que "pour cocotte d'amour"
Lorsque Ophélie était présente, nous étions constamment entouré...avec son décès, nos amis proches et familles sont évidemment toujours aussi présents (et appréciés), mais nous n'avons plus l'équipe de professionnels autour de nous.  Je crois que ça ajoute au vide...même mon calendrier me parait bien dénudé sans tous les rendez-vous d'Ophélie.  Avec le décès de cocotte, on sent un relâchement autour de nous...comme si soudainement tout devait être terminé alors que ça ne fait que commencer.  Même certaines personnes sont surprises d'apprendre que je continu d'écrire ce blogue...pourtant le deuil est loin d'être terminé et je peux vous assurer que ce n'est pas de la fausse représentation : nous vivons toujours au jour le jour avec Ophélie...l'histoire n'est pas terminée. 
Un beau moment en famille...une histoire aux chandelles racontée par grand-papa en présence de leur arrière-grand-mère.
Nous avons repris contact avec l'équipe de soins palliatif du Montreal Children...nous allons voir s'ils peuvent nous donner un petit coup de pouce, ou nous référer à quelqu’un qui le pourra.  On a pas envie d'attendre de ne vraiment pas bien aller...on a deux petits bonhommes qui méritent d'avoir des parents qui vont bien physiquement, mentalement et émotionnellement...après tout, même si socialement ce n'est pas tout à fait reconnu, on considère qu'on est parent de trois enfants, il ne faut pas laisser notre énergie se vider complètement sur ce que nous vivons avec Ophélie...les deux autres ont énormément besoin de nous, surtout maintenant...car eux aussi se feront demander un jour de dessiner leur famille et peut-être se questionneront-ils : " est-ce que je dois dessiner ma petite/grande sœur qui est dans les étoiles ?"  .

12 commentaires:

  1. Bonsoir Stéphanie et David
    La réalité nous rattrape après un décès, c'est le deuil qui commence et on ne s'est pas quand il se terminera. Chacun le vit à son propre rythme, et selon ce qu'elle est, c'est tout. Il faut prendre le temps de bien vivre ses émotions.¨ca restera toujours votre petite fille adorée qui maintenant n'est plus avec vous, mais toujours dans votre coeur.
    Je pense souvent à vous.
    Gros bisous à vous et aussi à Jacob

    RépondreSupprimer
  2. Ophélie fait parti de ce que vous êtes et continurer à être... Je crois que c'est tout à fait normal de chercher la place qu'elle prendra à présent. Ça fait parti du deuil de chercher à "repositionner" la personne aimé dans son quotidien. Et sans vouloir minimiser du tout, je suis certaine que vous arriverez à trouver la place qu'Ophélie prendra à présent. Donnez-vous du temps et beaucoup d'amour...
    Sara

    RépondreSupprimer
  3. Stéphanie, tu sera toujours la maman d'Ophélie. Tu dois continuer de parler d'elle malgré le regarde des autres ou de ce que le gouvernement en dit car grâce à cela, elle continura de vivre en toi et à travers toi.

    Je pense à vous.

    Julie

    RépondreSupprimer
  4. Ce billet me touche particulièrement. Bravo d'aller chercher de l'aide, je te trouve extrêmement mature dans la façon de vivre ton deuil. Les ressources sont rares et j'espère que vous trouverez ce dont vous avez besoin.

    C'est vrai qu'Ophélie continuera toujours à faire partie de votre famille et je suis certaine que tu arriveras à trouver quoi dire aux inconnus curieux, puisque tu as si bien le tour avec les mots.

    Bonne chance pour la suite xxxx

    RépondreSupprimer
  5. Ne t'empêche pas de dire que tu as 3 enfants ma belle. Si tu sens trop que ca rend les gens mal à l'aise, tu peux simplement dire que tu es maman de 3 enfants, dont 2 vivants. ca t'évitera d'avoir à donner trop de détails, les gens mal à l'aise s'en iront et les gens réceptifs te questionneront. Ophélie existe, même si ce n'est pas sous forme vivant, près de nous, de nos yeux, elle est là tout de même.

    RépondreSupprimer
  6. Salut Stéphanie,

    Je te partage le lien d'un billet de Grande Dame. Son fils a vécu cette situation (il a dû dessiner sa famille à la garderie). En espérant que ça puisse te faire du bien!

    Josée xx

    http://grande-dame.blogspot.com/2010/07/arithmetique.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Josée...merci de tout cœur pour ce lien...merci...j'ai laissé un commentaire pour Grande Dame, c'est vraiment une Grande Dame cette merveilleuse maman.

      Supprimer
  7. Continue à écrire ce blog, laisse ceux qui disent le contraire parler sans pouvoir comprendre ce que vous vivez!Tu seras toujours la maman de 3 enfants (peut-être 4-5 qui sait) xxx

    RépondreSupprimer
  8. Je viens de lire votre commentaire. Toutes mes sympathies à vous et votre famille.

    Bien que notre société ne soit pas organisée pour s'ajuster naturellement à la perte d'un enfant (une chose en quelque sorte aussi "normale" que peut être "anormale" le décès d'un enfant). Quand on est l'exception à la règle, nous devons parfois (hélas) être l'instigateur des changements à apporter. Ce qui est malheureux c'est qu'avec un deuil à porter, un parent fraichement endeuillé n'est pas nécessairement au top de sa combativité.

    Quoiqu'on puisse en dire ou en penser, vous avez été, vous êtes et serez à jamais la mère d'Ophélie. Son absence physique n'effacera jamais ce qui fut. Heureusement, ça, ça ne changera jamais.

    Le reste est une série de petits combats dans lesquels on apprend à se distancier en dépit du fait que la motivation qui nous habite demeure on ne peut plus personnelle.

    Je suis persuadée qu'Ophélie et que Bébé à venir, même s'ils ne figurent pas sur la même photo, ont pu se croiser quelque part. Je l'ai vécu entre la mort de mon père et la naissance de ma fille. ;o)

    RépondreSupprimer
  9. Chapeau à votre famille,,,,je crois qu'il est normal que vous ne vous sentiez pas bien en ce moment. Une fois l'adrenaline partie c'est parfois pire. Mais vous faites preuve de tant de sagesse,,, vos gars sont chanceux de vous avoir et Ophélie doit vous trouver merveilleux d'en haut.

    Stéphanie, continue ton écrire (tant qu'elle t'apportera du réconfort), continue de parler de ta fille, elle a trouvé la vie au fond de toi, a grandit en toi et a vécu à tes côtés. Elle continuera pendant toute ta vie à faire partie de toi. Tu dis que tu t'habitueras à la présenter,,,, les gens aussi s'habitueront à entendre la mort.

    Bravo d'aller chercher de l'aide

    Câlins

    Valérie et sa famille

    RépondreSupprimer
  10. j'ai pensé à ta belle ophélie ce soir, lorsque lynda lemay a chant. il n'y a pas de mot à star académie..

    RépondreSupprimer
  11. Stéphanie, continue de parler de ta cocotte aussi longtemps que tu en auras besoin. Tu en as le droit et je te comprend très bien ainsi que tes émotions. On ne peut oublier et au fil du temps, on arrive à faire nos journées. Les jours, les semaines, les mois et les années passeront mais Ophélie demeurera toujours votre petite fille. Le deuil commence effectivement quand l'entourage s'éloigne un peu et que nous nous retrouvons face à ces drames de la vie tout seul. N'hésitez pas à aller chercher l'aide dont vous avez besoin et n'hésitez jamais de parler de vos 3 enfants et non de 2. Les gens ne posent pas vraiment de questions quand vous répondez simplement. Bonne chance à vous et je vous envois plein d'amour à toute votre petite famille. xxxx

    RépondreSupprimer