Mon étoile

Mon étoile
Ophélie

mercredi 21 décembre 2011

Ma muse me manque

J'ai beaucoup de difficulté à écrire...les mots ne viennent pas...ma muse me manque.  Les dix derniers jours sans ma cocotte ont été teintés de grandes émotions.  Tout me fait penser à elle, chaque mot la fait resurgir mais aucun mot ne se forme sans elle à mes côtés.  Je pense à elle à chacun de mes réveils, qui sont malheureusement trop fréquents dès 2h30-2h45 am chaque nuit.  Je pense à elle quand je me couche le soir, je l'imagine couchée contre moi, mes yeux dans ses yeux et je lui parle...je pense à elle sans arrêt.  Je voudrais tant pouvoir la prendre dans mes bras et l'embrasser doucement, je voudrais tant regarder chacun de ses traits et l'écouter respirer.  Je le voudrais...mais c'est impossible...je ne pourrai désormais le faire que dans mes rêves.  Je sais que je dois "simplement" m'adapter, apprendre à vivre avec ce vide dans ma vie...je sais qu'avec le temps la peine va s'estomper et qu'une nouvelle routine va s'installer...je le sais, mais en attendant ce n'est pas là où je suis rendue...en attendant ma fille me manque énormément.
Je n'ai pas de mot pour dire à quel point je la trouve belle...ma muse.
Je ne compte plus le nombre de fois que nous avons regardé le magnifique diaporama d'Ophélie (merci papa) et écouté sa chanson en boucle.  Il fait tellement de bien de la voir, même si ce n'est qu'en photo.  Étrangement il nous a fait du bien de la voir dimanche au salon.  Je sais que c'est bizarre à dire...j'espère ne pas paraître trop morbide, mais c'était rassurant de la savoir tout près même si ce n'était en réalité que son corps et qu'elle n'y était plus.  La journée des funérailles s'est vraiment bien passée...tel que je le souhaitais j'ai vu des enfants courir et rire, Jacob et sa cousine ont fait un casse-tête par terre en plein milieu de la salle, des gens ont pleuré, sourit et rit...moi inclus.  La vie a côtoyée la mort pour nous apporter un sentiment de paix et d'amour.  Car de l'amour je peux vous dire qu'il y en avait dans l'air !  J'ignore combien de personnes sont venues...mais je sais que je n'ai pas pu passer le temps que j'aurais souhaité avec chacun d'entre eux.  Même si le temps m'a manqué pour vous le dire, sachez que la présence de chaque personne m'a beaucoup touchée et que j'ai apprécié le soutien que vous nous avez donné: vous avez laissé une empreinte significative dans mon cœur, merci.  Vers la fin de la journée, alors que plusieurs personnes arrivaient en même temps, je me suis retirée pour simplement regarder Ophélie une dernière fois...elle était si belle.  J'aurais fait durer cet instant éternellement pour ne pas avoir à la quitter une seconde fois...une dernière fois.  Nous avons dit au revoir à son petit corps afin qu'elle puisse retourner prendre sa place dans les étoiles (Jacob a dit en la voyant le matin qu'elle était revenue des étoiles...et en sortant du salon le soir il a montré le ciel étoilé en nommant sa cocotte...la vérité ne sort-elle pas de la bouche des enfants ?). 
Photo internet...car aucune de mes photos ne peut représenter la beauté d'une étoile telle qu'Ophélie
Si la journée de dimanche fut belle et triste à la fois, c'est définitivement la journée de lundi qui a été la pire.  Fatigué de la veille, c'est la journée qu'Ophélie a été incinérée...j'ai eu l'impression qu'on brulait une partie de moi-même.  Un instant j'ai regretté notre décision...puis je me suis rappelé pourquoi nous l'avions prise : l'incinération est extrêmement difficile pour nous durant un instant relativement court, alors que se demander ce que devient son petit corps pour les prochaines années aurait été intensément pire.  Nous sommes allé chercher l'urne mardi...elle est maintenant à la maison puisque la période hivernale empêche les mises en terre jusqu'au printemps.  Je pensais que ça serait plus difficile de l'avoir à la vue.  Je la regarde parfois...à certains moments avec un regard vide et à d'autres avec un sourire au coin des lèvres.  Je me rappelle tous les merveilleux moments que nous avons eu la chance d'avoir avec elle, je me souviens de la chaleur qu'elle a apporté dans ma vie et je me souviens de ce qu'elle nous a légué : je ne peux que sourire.
Ophélie avait 3 semaines lors de cette photo...cette photo me fait sourire instantanément
Ophélie me manque...mais je dois avouer que je vais quand même bien...sincèrement...et je ne joue pas les superwoman.  Malgré tout, malgré ce vide, nous allons relativement bien.  Il y a de bons moments et certains plus difficiles.  Ce qui est le plus marquant est que nous sommes très fatigués, notre endurance est plus faible et une sieste est souvent apprécié dans la journée...la pression qui redescend, l'adrénaline qui nous quitte, la vigilance qui se relâche et l'intensité des émotions; la fatigue physique n'est rien à côté de la fatigue émotionnelle.  Nous prenons le temps de nous reposer et de se créer des beaux moments en famille.  Nous sommes même allé voir les dinosaures au centre des sciences afin de voir le bonheur dans les yeux de Jacob...après une 40aine de tours de la salle d'exposition il a (enfin) commencé à se fatiguer !  Jacob va bien, il est plus fatigué, demande beaucoup pour voir sa petite sœur et pose des questions, mais il semble s'adapter à la nouvelle routine et à son absence...plus facilement que sa maman je dois l'avouer.  Il a commencé a nous dire, dans ses mots, qu'il est triste et qu'il s’ennuie de sa cocotte...on ne peut que lui répondre que nous aussi.  Nous avons tenté de l'envoyer à la garderie aussi souvent que possible, mais l'avons gardé à la maison lors de certaines journées particulières comme le lendemain des funérailles.  Les gens de la garderie sont fantastiques avec nous et Jacob...et il aime toujours autant voir ses petites amies si gentilles.
Les amies de Jacob et son éducatrice lui ont préparé une magnifique carte...merci.
David me disait cette semaine que certaines personnes font face, dans leur vie, à de grands défis tel que faire l’ascension du Kilimandjaro ou escalader l'Everest...pour notre part nous avons eu Ophélie.  La route n'a pas été tous les jours facile et nous avons du prendre de grandes décisions avec lesquelles nous devons vivre aujourd'hui.  Nous aurions pu décider de prendre de petits sentiers secondaires pour retarder l'arrivée au sommet, le gavage par exemple aurait peut-être prolongé notre voyage, mais nous avons choisi de laisser Ophélie être notre guide...et elle nous a amené au sommet le 12 décembre 2011.  Peu importe le chemin que nous aurions pris, le sommet était notre destination...c'est à nous maintenant d'ouvrir les yeux pour voir la beauté de ce qui nous entoure.  La descente ne sera pas nécessairement facile, mais elle nous a montré le chemin à prendre...il nous suffit de respecter notre rythme et de rester unis.
Photo internet...car l'Everest n'est pas ma légende personnelle comme le dit si bien Paolo Coelho, personnellement j'ai eu la chance de trouver mon trésor en la personne d'Ophélie.

17 commentaires:

  1. Si tu savais comme je me retrouve dans certains passage. Nous on a eu Rose...

    RépondreSupprimer
  2. Ouf...que d'émotions dans ces mots...je tiens à vous dire que votre histoire est pour moi une inspiration...et je profite de chaque instant avec mes petites étoiles....bon courage à toute la famille. J'ai encore les yeux rempli d'eau à te lire....alors j'ose imaginer quelles sont vos émotions.

    RépondreSupprimer
  3. quel grande force encore une fois, vous m'épatez. vous acceuillez la douleur avec serenité, vous vivez votre deuil avec franchise et honnêteté et vous vivez le bonheur malgré la douleur. vivre une telle épreuve un jour, j'aimerais la vivre à votre manière.vous êtes fantastiques, et ophélie me manque en photos quand je lisais tes articles, chaque nouveau, une photo l'accompagnait. gros calin xxx

    RépondreSupprimer
  4. misslady : j'ai trouvé difficile en effet de ne pas pouvoir la prendre en photo pour accompagner cet article...je vais devoir trouver une alternative...jacob et adam devront faire des tonnes de sourires pour la caméra, mais dernièrement David et moi oublions toujours de trainer la caméra avec nous...on reprendra de bonnes habitudes xx

    RépondreSupprimer
  5. Quelle force et quel courage dans l'épreuve! Vous êtes des exemples de vraie beauté et d'amour inconditionnel, celui que l'on ressent pour nos enfants... J'ai failli perdre ma petite Rébecca, née à 25sa de grossesse et j'ai eu besoin de beaucoup de force pour la soutenir dans son combat. Je vous regarde vivre ce deuil avec un amour plus grand que nature et vous m'inspirez énormément...vous me touchez droit au coeur et Ophélie sera toujours une grande étoile parmi vous...xoxo

    RépondreSupprimer
  6. Je vous lis depuis un certain temps et je vous écris pour vous exprimer mes plus sincères sympathies pour le décès de votre petite fille. Vous avez la consolation d'être allée jusqu'au bout, d'avoir toujours pris soin de votre bébé, de lui avoir donné une belle vie. Votre chagrin me touche. Votre faculté de rebondir aussi.

    RépondreSupprimer
  7. Stéphanie,
    peu de mots peuvent combler le vide que vous ressentez mais sache que Ophélie n'est pas oubliée, tous les soirs je pense à elle... et à vous. J'aimerais tellement te faire un gros câlin qui pourrait te redonner une parcelle de la chaleur que ta belle cocotte te donnait, juste pour qu'un instant tu ressente encore sa présence. Prenez bien soin de vous.

    Julie xxx

    RépondreSupprimer
  8. Je suis sans mot, les larmes aux yeux en te lisant, le moton dans la gorge. Je ne sais pas où vous prenez tout ce courage et me demande si j'en aurais autant. Je vous trouve tout simplement FANTASTIQUE. Prenez soin de vous, de Jabob, et de votre prochaine petite étoile qui verra le jour en mars prochain. Ophélie ... veille assurément sur vous, vous êtes des parents extraordinaires. xxx

    RépondreSupprimer
  9. Je ne sais pas comment s' appelle cette force qui vous guide...l' AMOUR sans doute... Mais cette fois j 'ai plus mal que d habitude en vous lisant... Et pourtant je ne peux imaginer une seconde ce que cela doit être ... Je pense à mes enfants qui dorment paisiblement dans leurs chambres et je prend conscience de la chance Immense que mon mari et moi avons...

    Merci de nous partager cela...c'est dur ... Mais quel apprentissage de la vie par vos mots...

    Courage ... Prenez soin de vous.

    RépondreSupprimer
  10. Je suis sans mots et j’ai beaucoup de peine. Je teins a vous souhaiter mes plus sincère condoléance à toi et à ta famille. Ophélie a eu beaucoup de chance de vous avoir comme parent, tu es une maman magnifique avec beaucoup de courage. Prend bien soin de toi et de ta petite famille. Tu es une source de courage et de force. Merci Stéphanie de nous avoir fait partager tes joies, tes peines, tes douleurs et même tes peurs… Je t’envoie plein de douceur….
    Nathaliexxx

    RépondreSupprimer
  11. Dimanche, j'ai valsé toute la journée en essayant de me libérer pour traverser les deux ponts.

    Malheureusement, j'y étais seulement en pensées.
    Moi aussi, ta photo me fait sourire!

    Tu sais, il paraît que nous pouvons aller mieux/bien, même si...

    Juliexxx

    RépondreSupprimer
  12. Tu sais vous êtes merveilleux David et toi. Vous nous apprenez de grandes leçons. Je ne peux dire combien je me sens toute petite et bien insignifiante à coté de vous qui vivez tous ça avec autant de sagesse et de résiliance... Merçi à toi, merçi à David. Mais sourtout merçi à votre douce Ophélie.

    Sara xxx

    RépondreSupprimer
  13. Je suis sans mot Stéphanie, tu es extraordinaire!Vous êtes extrêmement sage et fort dans votre façon de voir les choses, c'est magnifique!
    Courage à vous pour les journées, les longues journées qui passeront sans votre petite puce!

    Marilyne xxx

    RépondreSupprimer
  14. Je viens de découvrir ce blog...et je vous présente mes sincères condoléances. La perte d'un enfant est trop immense pour qu'on puisse même imaginer ce qu'elle réprésente.
    Présentement enceinte de mon troisième enfant (prévu pour début juin), je ne peux m'empêcher de penser à ce petit bébé qui grandit, petit frère ou petite soeur d'Ophélie. Je suis certaine qu'elle veillera sur ce bébé comme elle veille sur vous et Jacob. Je sens énormément de tristesse dans ces propos, mais aussi un indiscible espoir, le germe de la vie au détour des phrases, et je ne peux m'empêcher de penser que le petit être qui grandit en vous est l'instigateur de ce souffle de vie à l'intérieur d'une telle perte. C'est terriblement triste, mais il y a une sérennité qui se dégage de toutes ce texte malgré la douleur du drame, que les larmes veulent sortir mais sont arrêtées par l'espoir. Je vous souhaite tout le courage nécessaire, mais aussi une belle rencontre avec cette nouvelle vie, c'est ce qui fait qu'elle mérite toujours d'être vécue. Repose en paix Ophélie, petit ange aux belles joues rebondies.
    xxx

    RépondreSupprimer
  15. Pour vivre la même chose que vous je sais qu'il ne s'agit ni de force ni de courage mais plutôt d'une grande bataille que vous n'avez pas eu le choix d'affronter par amour pour votre petite ange ainsi que votre famille. C'est difficile de comprendre pourquoi Dieu met un enfant au monde pour la reprendre aussitôt. Je me suis dit que nous étions chanceux d'avoir eu la chance de vivre ne serait-ce qu'un instant auprès d'une vraie ange. Et c'est bien ce qu'elle était, une vraie de vraie ange. Ne l'oubliez jamais car elle est pour toujours auprès de vous.

    RépondreSupprimer
  16. Je tiens à vous offrir toutes mes condoléances pour cette perte incommensurable, Stéphanie tu as été d'une générosité incroyable en partageant ce vécu avec les gens. Tu as certainement permis à beaucoup de personnes de vivre différemment une difficulté ou une épreuve. Tous les deux, toi et David avez partagé votre intérieur, tant les joies que les douleurs, c'est un cadeau que vous avez donné à tous les lecteurs.

    Ophélie est une magnifique "Étoile scintillante" qui veillera sur sa famille. Elle sera toujours présente mais simplement sous une autre forme.

    Elle était, non elle est magnifiquement belle et dégage tellement un calme, une profondeur, un vécu intense en si peu de temps. Elle était là comme un "maître à enseigner" et c'est ce qu'elle a fait.

    J'espère que tu publieras tous ces écrits dans un livre qui servira de recueil et de motivation pour tous les parents qui ont un enfant atteint d'une maladie grave et qui malheureusement forment souvent de nouvelles étoiles au firmament.

    Je vous embrasse tous et lorsque je regarderai vers le ciel j'enverrai un bisou à Ophélie.

    Lisette

    RépondreSupprimer
  17. je tenais à vous écrire ce petit mot pour vous témoigner toute mon admiration pour votre force et mon soutien pour cette terrible souffrance.
    quelle plus douloureuse épreuve que de perdre un enfant ? je n'en vois aucunes et je ne peux en aucun cas me mettre à votre place mais je peux juste imaginer quelle douleur cela a pu être et doit être encore au quotidien...
    continuez à être aussi forte et courageuse pour vos 2 garçons... vous êtes formidable.
    Luna

    RépondreSupprimer