Mon étoile

Mon étoile
Ophélie

lundi 13 août 2012

Toute la vérité sur nos vacances

Nos vacances...par où commencer...je pourrais simplement vous en faire le récit en image...ainsi de photos en photos vous pourriez suivre nos aventures.  Vous verriez de magnifiques paysages, des moments complices et des sourires sur nos visages...mais il vous manquerait l'envers du décor.  Sur une photo l'image est figée, le temps s'arrête le temps de capter une parcelle de la réalité...je voudrais vivre dans mes photos.  J'y serais bien...tout y semble beau et facile, on peut s'y arrêter et s'y reposer avant de tourner la page vers une autre photo...on peut même en quelques minutes redresser l'horizon, enlever un petit défaut, modifier carrément le ciel ou même ajouter une personne qu'on aurait aimé avoir avec nous...mais je ne suis pas très doué dans le "photoshop" alors je vais faire avec ce qui est.
En Gaspésie, de belles randonnées, une superbe température et des paysages magnifiques...
...mais otite pour Adam et maman, plus une sinusite pour moi, et des nuits trop froides de camping (et trop courtes), une "attaque" de guêpes sur Jacob et David ainsi qu'un mal des transport confirmé pour Jacob....
Des beaux moments en famille, des rires et des activités...
...mais aussi des défis quotidiens avec des flots d'émotions, des crises à gérer et une écoute des consignes plutôt défaillante.  Je tente de rester calme...je respire...un bébé malade+une maman malade=plein de bonne volonté mais c'est pas facile.
La réalité n'est pas toujours ce qu'elle semble être...il faut faire attention à ce que l'on voit sur une photo, car il nous manque toujours le contexte, l'extérieur du cadre, ce qui a précédé ou suivi le "clic" ou ce qui se passe dans la tête et le cœur du sujet.  Il est bien peu probable que je prenne une photo d'un moment de tristesse ou d'angoisse, de la même manière qu'il serait surprenant que j’aie envie de partager un album sur facebook (par exemple) des pires moments de nos vacances.  Je ne dis pas que mes photos ne représentent pas notre réalité car les rires nous les avons eu sincèrement, mais comme dans un contrat, il faut lire les petits caractères.  Il y a une vraie vie derrière le cadre virtuel...on a parfois tendance à l'oublier dans notre ère où les média sociaux ont pris une place si significative.  On oublie qu'il y a plus que ce qui est publié. 
Une matinée à la plage qui avait commencé un peu croche...mais qui s'est terminé dans un bonheur sincère.
Heureusement un sourire fini toujours par revenir et faire disparaitre les nuages !
Sur ce blog, dès le départ, j'ai fait le choix de nommer les choses telles qu'elles sont dans ma tête au moment où j'écris.  Évidemment dans le respect et en nous gardant quand même une parcelle de jardin secret (hé oui je vous cache des choses).  La réalité est qu'en écrivant je constate, je réfléchie, j'ai des idées que je transmet au fur et à mesure...parfois je débute un texte en larme et le termine avec le sourire (souvent en fait)...quelque fois je n'arrive pas à terminer un texte car mes idées sont trop brouillons, mon cœur s'emballe, c'est plus long d'organiser ma pensée...bref je vais moins bien.  C'est une des raisons qui explique que j'écris moins depuis le décès d'Ophélie.  Écrire me fait du bien, mais j'ai besoin de plus de temps pour traiter les informations et vivre mes émotions.  Lorsque je met quelque chose par écrit, ça ne veut pas nécessairement dire que je l'ai intégré complètement dans ma vie, ça ne veut pas dire non plus que je ne me trompe pas (on apprend par l'expérience).  Quand j'écris, je réfléchie mon passé afin de mieux profiter de mon présent...je transforme en mot mes visions, mes désirs, mes compréhensions de la vie avec ses hauts et ses bas, ainsi que mes nombreux questionnements...je partage et j'apprends tout à la fois.  Je me dis que je vais réussir à trouver le bon chemin...mon chemin...après tout j'ai bien réussi à apprendre à marcher, à parler, à écrire...je vais bien finir pas apprendre à VIVRE simplement...
Un enfant ne se pose pas de questions...il a une idée et agit.  Il peut se tromper et c'est correct car il apprend.  Apprenons de nos enfants et vivons simplement. 
Des vacances particulière pour moi...un temps de recul sur mon quotidien que j'attendais avec impatience pour me reposer et reprendre mes énergies, car je me sentais fatiguée dans les dernières semaines.  Par contre, au lieu de me ressourcer je crois que le lâcher prise des vacances a eu comme effet de faire tomber mes derniers remparts.  Je me sens plus lucide que jamais, mais maladroite, désorientée et légèrement déconnectée de la société "normale" dans laquelle je dois retourner prochainement.  Hé oui je vais devoir retourner au travail un jour...les factures continuent d’atterrir dans la boîte aux lettres et on a soif d'une plus grande liberté financière (je crois qu'on serait de très bons riches!).  Bref je me sens un peu étrange (je ne trouve pas de mot plus précis)...même l'écriture ce de texte est étrange...une partie de moi ne se reconnait pas et l'autre est fière de la femme qu'elle est devenue.  Il ne me reste plus qu'à assembler le tout et prendre mon envol (ça semble si simple écrit comme ça). 
Un enfant tout simplement, maladroit et sans artifice, émotif et contemplatif...mais heureux à chaque instant.
Est-ce que j'ai passé de belles vacances?...oui.  Est-ce que je retournerais en vacances?...non, pas tout de suite.  Maintenant il est temps d'apprendre à vivre comme dans mes photos, une image à la fois, trouvant la lumière adéquate pour éclairer un instant de vie...même lorsque le ciel semble sombre et nuageux, toujours une petite étoile brillera pour apporter la lumière nécessaire qui fera de la réalité une œuvre divine.
Escapade au mont mégantic, à l'Astrolab ainsi qu'aux observatoires populaires et professionnels pour souligner les 2 ans d'Ophélie sous les étoiles...un site enchanteur.
C'est un départ, équipé de nos tuques et de nos manteaux...le toutou d'Ophélie ne nous a pas quitté.
Un début de nuit très nuageux...mais notre cocotte a fait fuir les nuages (et mes larmes) après que l'on ait allumé une chandelle, chanté bonne fête et mangé des biscuits à sa mémoire.  Le reste de la nuit a été parfait...étoilé et calme.  Quelques étoiles filantes ont même dansées pour me saluer.  Bonne fête ma belle...merci.

3 commentaires:

  1. Le quotidien nous apporte toujours l'équilibre nécessaire à la vie & nous rassure que se soit par les gestes à faire,les pensées qu'elles soient tristes ou joyeuses & je crois que c'est tout celà qui transpire dans tes écrits. Vous avez de beaux & merveilleux enfants & même si on se voit peu,j'ai régulièrement une pensée pour Ophélie chaque fois que je vois un ciel étoilé. Je vous embrasse bien tendrement. Colette

    RépondreSupprimer