Mon étoile

Mon étoile
Ophélie

vendredi 9 août 2013

Bonne fête Ophélie, 3 ans d'amour

La fin de semaine dernière marquait la clôture de nos vacances, ainsi que notre séjour à Notre-Dame-des-Bois afin de souligner l’anniversaire d'Ophélie sous le ciel étoilé du Mont Mégantic.  Hé oui, il y a déjà 3 ans, le 5 août 2010, je donnais naissance à la plus belle des petites filles, sans savoir que c'est elle qui allait me faire évoluer sur le chemin de la vie.  Elle est arrivée rapidement, sans attendre l'arrivée du médecin, même pas encore née elle nous a fait comprendre qu'il fallait apprendre à s'adapter, accepter la vie comme elle venait et vivre le moment présent...elle est partie de la même façon...Oh que sa vie fut intense et pleinement vécue...Oh ce qu'elle peut me manquer ma cocotte.
Ce fut une très belle fin de semaine...comme si l'espace de ces quelques jours nous vivions en marge du temps et de l'espace.  Connecté à nous-même et vivant chaque instant...à l'image d'Ophélie.  Je vous partage ces images, qui ne peuvent malheureusement pas traduire l'ensemble de notre vécu, mais qui laisse l'entrevoir, ou le deviner...des moments que ma caméra bisée n'a pu capté (heureusement réparée à l'heure où j'écris ces lignes)...mais ainsi-va-la-vie ça m'a permis de regarder "autrement", d'explorer, de tenter de trouver l'effet "parfait"...

Notre charmante "maisonnette aux petits oiseaux", un voyage dans le temps instantané: parfaite, je suis tombée sous le charme dès le premier regard.
On arrive en après-midi, les enfant font la sieste, la température est idéale et, oh surprise, on a du vin avec nous...chin chin. C'est en savourant pleinement ma première gorgée que j'ai levé les yeux et vu cette inscription: Prendre le temps d'aimer...voilà qui confirme qu'on est exactement au bon endroit, exactement au bon moment.

Dans cette ambiance quasi-parfaite, comment aurais-je pu refuser de faire un massage à David?...d'autant plus que sa douleur à l'omoplate et son inconfort (pour ne pas dire ses plaintes répétées et son irritabilité d'homme qui a mal) étaient les seuls obstacles à la perfection du moment.  Mes douces mains, de l'huile d'olive et un talent caché (j'ai manqué ma vocation!) ont eu raison de son inconfort...et un doux sourire dans un visage détendu est revenu à mes côtés...bonheur.  J'ai donc laissé l'homme heureux dormir sur le plancher (hé oui il s'est endormi) et suis allé rejoindre les enfants à l'étage pour faire la sieste avec eux...bonheur. 

C'est donc reposés, tous les quatre, que nous nous sommes dirigé vers le gite principal pour notre souper gastronomique.  Je ne trouve pas les mots pour vous exprimer le bonheur pur qui se dégage de mes papilles à chaque bouchée...délicieux...un repas de dieux avec des produits frais d'ici, préparé par une cuisinière tellement sympathique et servi par son tout aussi sympathique amoureux...dans un environnement paradisiaque...en toute simplicité.

Entrée: tartare de magret de canard aux pommes et à l'huile de noix
Repas principal: filet de truite au miso damari et sirop d’érable, croquant de légumes à l’asiatique
Dessert: sorbet aux camerises, crème brûlée au sirop d’érable et fleur de Mélilot, biscotti maison 

Pendant ce temps...Adam à son meilleur s'assure qu'on ne perde pas de vue l'instant présent et c'est à son grand bonheur qu'il a pu être libéré de la chaise haute pour courir sur l'immense balcon...et à notre plus grande joie (et soulagement) que nous avons appris qu'une barrière pouvait être abaissée devant l'escalier...aaahh court Adam, tant que tu en as envie.

Le terrain de jeu de Jacob pendant notre repas (wow), avec un ami en prime puisque le fils des propriétaires a le même âge que lui.  Ils ont couru, joués avec les poules, inventés des scénarios, et milles autres activités que seuls les enfants ont le privilèges de connaitre.  Un grand garçon heureux.
Pendant ce temps, on prend un verre de rouge et fait le plein de soleil, qui se couche à l'horizon sur la montagne.  Tout semble magique et amplifié dans ce lieu...prendre le temps de tout arrêter...respirer...


Retour à la réalité, Adam a adoré le sorbet aux camerises (avec raison, j'en ai acheté un plein sac) et Jacob trouve très drôle son petit frère devenu vampire.  Voici donc notre moment rush de la fin de semaine: on lave le bébé, dit merci pour le repas, souhaite bonne nuit aux poules et "à demain" aux proprio et leur fils, vite vite à notre maisonnette pour s'habiller chaudement et ramasser le nécessaire et les manteaux pour notre nuit sous les étoiles, sans oublier le gâteau et les chandelles.  C'est parti.
C'est durant le petit 10 minutes d'auto qui nous sépare de l'astrolab que la pluie a commencée a tomber...et puis soudain tout s'emballe: on pensait devoir être là pour 8h, c'est à 9h, on a 45 minutes à attendre, Jacob décide de ne plus écouter, on doit le retirer dans la voiture, je suis sous la pluie avec un Adam qui n'apprécie pas devoir demeurer dans sa poussette, puis à l'intérieur il ne fait que chigner, grimper, tomber, courir dans tous les sens...et si on ne voyait pas d'étoile ? c'est exactement à ce moment que j'ai ressenti un peu d'angoisse...puis j'ai retrouvé mon calme...les enfants aussi...la pluie a cessée...la nuit est tombée...le ciel s'est dégagé...les étoiles sont apparues, puis la voie lactée...merci.

Après avoir observé Saturne, puis la galaxie d'Andromède, une étoile double, plusieurs étoiles filantes...la presque totalité du groupe est retourné à l'intérieur pour la présentation.  Nous sommes demeuré à l'extérieur un peu, Adam dormait, Jacob somnolait...et puis le moment parfait est venu, les enfants se sont réveillé et c'est sous la voie lactée que nous avons chanté le traditionnel chant de "bonne fête" avant de manger ce délicieux gâteau.  Bonne fête ma belle, 3 ans.  Tu es la plus belle des étoiles.
Le chocolat a du faire son effet car une petite période d'éveil a suivi...rien d'extravagant, même Adam n'avait aucune envie de sortir du confort de sa poussette !  On s'est promené, on est entré dans le bâtiment regarder l'exposition, j'ai profité du moment pour donner pleins de bisous à mes amours...je les aime tellement fort mes trois amours...il n'y a rien de comparable à l'amour d'une mère pour ses enfants...sauf peut-être l'amour d'un père, évidemment.

Jacob a profité de sa nuit à l'astrolab pour en apprendre davantage sur l'astronomie et c'est en jouant aux ballons que nous avons recréé notre système solaire...et nous l'avons même mit en mouvement, vous auriez bien rit nous voir tourner sur nous même, ballon à la main, en expliquant le mouvement des planètes et des lunes sur elles-mêmes et autour du soleil...et tout ça autour d'un soleil-Jacob bien trop endormi pour comprendre quoi que ce soit ! J'ai adoré! Et puis c'est le cœur léger et les yeux fatigués que nous sommes tous allé nous coucher...bonne nuit Ophélie.
Après un déjeuné tout aussi délicieux que notre souper de la veille, nous avons passé une journée superbe.  Puisque le ciel était majoritairement gris et pluvieux nous avons additionné bains moussants à la lavande, siestes, et divers jeux de société.  Petite omelette aux œufs frais pour dîner et un bon spaghetti maison avec la sauce de mamie (la meilleure) pour souper...je me me souviens pas m'être reposé autant.  On ne prend tellement pas le temps de s'arrêter complètement dans notre quotidien.  Pourquoi attendre d'être en vacances pour prendre le temps de vivre...ne vit-on que quelques semaines par années ?...ou devrions-nous vivre à chaque seconde de notre quotidien ?
Se glisser sous les couvertures, se détendre doucement l'espace d'une longue expiration...aahhh les siestes étaient vraiment agréables.  C'est spécial de penser qu'à l'époque tous les membres de la famille dormaient dans la même pièce, et même encore aujourd'hui dans certains pays ou dans certains familles plus défavorisées, ou même dans certaines familles par soucis d'espace ou par choix..comme nous l'avons fait avec Ophélie.  Je dois dire que je n'ai pas détesté l'expérience, entendre mes enfants respirer est un des sons que je préfère, mais ça m'a fait réaliser et apprécier l'intimité de ma chambre, on prend parfois certaines choses pour acquis dans nos habitudes de vie.
J'ai tellement apprécié ne rien faire...en réalité ça n'est pas tout à fait vrai que je n'ai rien fait.  En effet j'ai notamment dû sortir en panique de ma sieste d'après-midi, en entendant Jacob pleurer dehors (alors qu'il devait être lui aussi en train de dormir dans le lit à côté) et c'est en courant dans la boue, en pied de bas, que j'ai trouvé un Jacob désemparé, panier à la main et suivant cinq poules en fugue qui montaient le petit chemin vers le gite principal.  Pour vous mettre en contexte, l'activité préférée de Jacob a sans aucun doute été d'aller chercher les œufs frais dans les deux poulaillers du B&B, mais il avait compris qu'elles pondaient chaque fois qu'on dormait, même pendant une sieste...alors aussitôt réveillé il est descendu, a enfilé ses souliers, pris son petit panier et direction les poules.  Il n'avait pas prévu qu'une poule ça peut être rapide...et elles sont sorti quand il a ouvert la porte...il était paniqué, pauvre garçon, et tentait de les rattraper, ce qui en fait les faisait s'éloigner encore davantage.  J'ai finalement réussi à toutes les ramener au bon endroit, et j'avoue avoir presque regretté de ne pas avoir ma caméra ou mon téléphone pour prendre des photos et des vidéos: la chasse aux poules c'est une activité plutôt drôle !  Bon, on a quand même clarifié avec Jacob certains points, tels que ne pas sortir sans nous aviser...mais tout est bien qui fini bien...et cette aventure me fait encore sourire.
Fin de semaine de repos, d'étoiles, de fête, d'amour et de petits et grands bonheurs.  Le défi maintenant est d'arriver à garder ces bonnes habitudes dans le quotidien.  Je m'améliore de jour en jour...je trouve mon rythme et je suis très fière d'avoir eu le courage de modifier des éléments significatifs dans ma vie, je m'écoute davantage et plus je le fais, mieux je me connais et me comprend...l'héritage d'Ophélie grandi tranquillement mais surement, et me redonne confiance en la femme que je suis, sous tous ses angles.  C'est agréable...et contagieux.  Il suffi de faire le premier pas, puis le second, simplement...et de prendre son envol...comme les poules qui courent vers la liberté !

4 commentaires:

  1. Bonne fête belle Ophélie. Nous pensons à vous souvent de notre petit coté de St-Jean, il faudrait bien finir par faire ce petit déjeuner un jour... Ou au moin se prendre un petit café... En attendant grosse bise à vous quatre.
    xx Sara

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai confiance, on le fera ce déjeuné :) xxx

      Supprimer
  2. j'ai été contente de te rencontrer pour de vrai!
    Johanna

    RépondreSupprimer
  3. Merci, toujours agréable de faire de belles rencontres...on va surement se recroiser chez nos amis communs :)

    RépondreSupprimer