Mon étoile

Mon étoile
Ophélie

samedi 24 septembre 2011

Contre vents et marées...séjour au paradis

C'est assise au café de la grave que je tente de trouver les mots pour exprimer l'intensité des émotions qui nous habitent depuis notre départ.  En toute simplicité, débutons par le commencement...C'est après un "petit" détour, très apprécié,  par la Gaspésie pour embrasser les grands-mères que nous avons fait route vers les Iles...enfin on sort des valises pour s'intaller dans notre petit chalet...notre maison sur la plage comme le dit Jacob.  Notre petit homme ne peut pas renier ses racines gaspésiennes et madelinienne...il est au paradis sur la plage...il peut courir et courir sans qu'on ait à le limiter...courir pieds nus dans le sable et dans l'eau...courir à s'épuiser vous pensez?...c'est sous-estimer ce cher Jacob, il est inépuisable et, avouons-le, parfois exaspérant (comme présentement à gigoter sur mes genoux).  Jacob nous en fait voir de toutes les couleurs...heureusement que certaines couleurs sont plus douces que d'autres. 
Une balade en famille sur la plage, au pied des caps
Agréable partie de soccer sur la plage de notre chalet

Il n'y a rien à ajouter...petit coquin

En écrivant ces mots
On ne peut pas dire que ce soit facile ces derniers temps avec notre grand...mais est-ce nous qui sommes difficiles et lui qui suit la vague?  Je crois que la vie nous a rattrapé...et je ne voudrais pas être ailleurs au monde pour vivre le flot d'émotions qui émerge.  Peut-être est-ce le sentiment de liberté, l'ambiance propice au lâcher prise ou les grands espaces, qui font en sorte que ce qui était latent peut prendre son envol ?  Les inquiétudes et les sources de soucis se sont accumulées depuis quelque temps...et nous sommes demeuré debout malgré les intempéries...mais au pays des vents et des marées le temps s'arrête et nous devons nous affronter nous-même: est venu le temps de se faire venter les méninges et de faire face à la mer houleuse de nos émotions...et croyez moi on a droit à une belle tempête !…surgit cette impression trop fréquente de tristesse, on constate que nous sommes bien petit sur notre ile entourée de grands vents menaçants…David se demande si la vie veut vraiment que nous allions de l’avant…et je me demande ce qui nous a échappé pour que nous arrivions dans ce cul de sac…devions nous tourner à gauche à l’intersection de la vie?  Peut-être devrions nous apprendre de notre voyage…nous avions cette même impression d’être perdu au fond de nul part alors que nous traversions la gaspésie par des chemins de terre, en pleine réserve faunique, ne croisant qu’un orignal impressionant et des hommes avec fusils se baladant dans la boite d’un pick-up…et tout à coup est apparut le chemin princial et nous voilà au paradis...espérons que nous retrouverons rapidement notre chemin.   

extrait de tempête

c'est précieux être deux...et primordial de se le rapeller

Bien à l'abris, la petite crevette poursuit sa croissance
Ophélie, la belle cocotte, a débuté ses vacances avec le retour d'un autre vilain rhume...c'est donc au moment où nous croyions avoir trouvé le bon dosage d'ativan pour la soulager la nuit, que les sécrétions sont venus s'en mêler.  C'est donc le retour des antibiotiques...qui semble bien fonctionner, heureusement.  Les nuits sont toutefois précaires...mais il y a tant de choses à voir aux Iles que ce n'est pas quelques heures de sommeil en moins qui vont nous arrêter.  Ophélie bien au chaud dans sa poussette, protégée du vent, nous explorons les plages et les caps de ce monde merveilleux.  Un petit arrêt avec un point de vue indescriptible pour un petit biberon et c'est reparti pour la grande aventure...on accumule les beaux souvenirs et on la trouve tellement belle notre petit blanchon.  Lorsqu'on la regarde, on est plus émus...on a plus souvent les larmes aux yeux...on est plus sensibles...l'air salin peut-être ?...on se réjouit de la voir confortable et sereine, mais nous devons accepter que ce soit presque seulement lorsqu'elle dort...alors dort ma cocotte, on veille sur toi.   
Un beau moment sur la plage

Cocotte éveillée au café de la grave...elle attend son lunch
En face de notre maison sur la plage...cocotte fait la sieste
C'est donc du paradis que je terrmine ce billet...les yeux sur la mer...la tête encore pleine et le coeur sensible...ma douce Ophélie dans les bras et Jacob qui lance des roches dans la mer avec son papa adoré... on va bien, on en profite et on mange plus que nécessaire (c'est tellement bon!!!)...c'est donc mon décaf en main que je vous salut haut et fort.

La petite famille au paradis...plus unis que jamais.
    

3 commentaires:

  1. Je suis contente d'avoir de vos nouvelles et de savoir que vous en profitez !
    Je m'ennuie, j'ai hâte de vous voir !
    À bientôt ! Profitez de l'air salin et des beaux moments !
    Kathia -xx-

    RépondreSupprimer
  2. oh wow!! je suis ressourcer à distance ;)

    profitez hen de ce temps calme où vous pouvez vous arrêter pour vivre. le tourbillon de la vie est si stressant qu'on n'a pas toujours autant le temps de s'émouvoir devant chaque petite chose!!

    RépondreSupprimer
  3. Ça fait plaisir d'avoir de vos nouvelles. Les Iles sont un lieux magnifique, un lieu où on se perd et on se retrouve... Alors profiter bien de ce temps précieux. En vous souhaitant une fin de voyage encore plus belle et plus ressourssante que le début. À bientôt. Sara

    RépondreSupprimer